12 janvier 1978

La Montagne défie une première fois le Stade Malherbe de Caen

 

 La formation montagnarde qui tint la dragée haute au SM Caen en s'inclinant 2-1

 Assis de gauche à droite: Bruno Le Cloerec, Pierrick Le Férrand, Didier Le Calvez, Patrick Le Polotec, Roland Rouzo, Christian Stéphano.

Debout: Georges Guichard, Roland Le Bouedec, Patrick Le Cloerec,Loïc Le Sayec, et le capitaine Alain Le Chenadec(absent sur photo) François Le Boursicot .

 

Ce samedi 18 janvier 1978 restera à jamais gravé dans le riche historique de l' US Montagnarde comme étant le premier parcours de l'épopée des bleus en coupe de France. si comme huit autres autres par la suite à savoir (nous auront au fur et à mesure sur ces épisodes dont certains furent particulièrement douloureux) Niort, Avranches, Plabennec, Concarneau(deux fois), le Stade Rennais(deux fois), Saint Saturnin les équipiers des regrettés Christian Stéphano et Patrick Le Cloerec n'auront pas la chance comme 9 de leurs successeurs d'aller plus loin.

Les dignes héritiers de ce fameux match contre Morlaix.


Patrick Le Cloarec, Georges Guichard, et Roland Le Bouedec ont participés aux 3 glorieuses Morlaix, Caen et Angers auxquels il faut ajouter un match de championnat contre le Véloce Vannetais qui attira  3000 spectateurs au Mané Braz.

10 ans avec ce fameux match de championnat contre Morlaix qui dans un stade du Mané Braz bondé avait offert à l'USM sa première accession en Division d' Honneur, cette rencontre face au Stade Malherbe de Caen alors en en D2 servira de référence pour les générations futurs. Que ce soit contre Caen ou Morlaix on retrouve certains des mêmes antagonistes à savoir les trois inséparables Georges Guichard , Alain Le Chenadec ou Bernard Le Hen. Ces joyaux formés dans le moule seront aussi de la fameuse campagne Angevine qui mènera le club en 16 ème de finale de la coupe de France deux ans plus tard. Pierrick Le Ferrand, Patrick Le Polotec, Roland Le Bouedec, Roland Rouzo seront aussi des deux dernières Caen et Angers. A cette formation qui affronta les Malherbistes il faut ajouté Loïc Le Sayec gardien de talent issu de la même génération que Bruno et Patrick Le Cloaerec, Jacques, Roland et Michel Le Bouedec ou autres Loïc Trahan, qui écriront aussi quelques belles pages. Issu lui aussi du girond local François Le Boursicot était lui aussi de la fête. Ce dernier devenu entraîneur de l'ESSOR retrouvera sur sa route au vieux stade des Patis à Port-Louis pleinà craquer 27ans plus tard pour le compte de du 6ème tour de l'épreuve reine les forgerons, connaissant la aussi les affres de la défaite. Autre la perle Christian Stéphano qui par le passé aux côté de son collègue de la rade Gérard Kerler avait si souvent enflammé le Mané Braz en marquant des buts tout en puissance on ne peut pas oublier non plus Didier Calvez un avant centre venu d' Auray qui sur un coup de génie était capable de faire basculer à tout moment un match.

Emmenés par un Le Polotec de gala, les montagnards qui devant 2800 spectateurs conquis allaient tenir la dragée haute à une formation Caennaise qui venait deux ans auparavant pour sa montée en D2 d'être sacré meilleur club amateur en France. Les Normands qui possédaient dans leurs rangs quelques joueurs réputés,on pense particulièrement à Jacques Largouet. Plusieurs fois international dans les différente catégories d'âges le grand Jacques restait sur un très beau parcours en coupe de villes de foire(l'actuelle coupe de l' UEFA) avec son ancien club le FC Rouen s'inclinant avec les honneurs en huitième de finale contre Arsenal. Largouet qui apporta sa pierre à l'édifice du succès Caennais, retrouvera bien plus tard le Mané Braz  en tant cette fois qu'entraîneur de l' AS Cherbourg pour affronter les montagnards alors en troisième division.

Autre figure marquante de cette équipe l'ex Manceau Jean Paul Bouffandeau qui aura la particularité de terminer comme le buteur montagnard Patrick Le Polotec sa carrière de joueur en Deuxième division au Stade Quimpérois. On ne peut pas oublier non plus l’entraîneur Caennais Jacques Mouilleron qui fut  aux côté des Jean Marc Guillou ou Marc Berdoll l'une des figures de proue du SCO d'Angers Mêmes privés de leur gardien de but Alain Douville victime d'une hépatite virale cette équipe Caennaise avait fière allure , ce qui n'empêcha pas les forgerons de leur tenir la dragée haute ne s'inclinant par la plus petite des marges .

 Pierrick Le Férrand à la lutte avec Bernard Ilbert

Trente ans plus tard les Morvant , Jaffré, Inquel dignes successeurs des Le Chenadec, Le Cloerec, Guichard vengeront l'affront en sortant sur ce même stade les normands de l'épreuve reine.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site