1980 la victoire cont re le SC d'Angers,

Roland Rouzo reparle du coup d'éclat contre Angers

De la première épopée à savoir un soixante quatrième de finale perdu 2-1 au Mané Braz en 1966 contre Le Stade Malherbe de Caen qui évoluait en deuxième division, aux dernières en date nous vous feront revivre au fur et à mesure toutes les parcours qui ont fait l'histoire de l' USM.

Nous allons commencer par celle qui a le plus marqué les esprits, la victoire sur le SCO d' Angers en 1980 .

.

 Les héros de ce match mémorable contre le SCO  D'Angers:

 Debout(de droite à gauche) Alain Le Chenadec, Georges Guichard, Roland Le Bouedec, Patrick Le Cloerec, Loïc Boulben.

Accroupis: Roland Rouzo, Michel Huitel, Pascal Le Feuvre, Patrick Le Polotec, Bruno Le Cloerec.

 

Les formations en présence:.Dans les rangs angevins on retrouve des noms de joueurs qui ont  de très belles carrières, on pense à François Félix qui fut avec les Raymond Domenech , Aimé Jacquet, Serge Chiesa,  Fleury Di Nallo l'un des pilliers de l'Olympique Lyonnais. Michel Audrain tout comme Patrice Le Cornu aura le plaisir de porter le maillot de l'équipe de France. C'est au poste d' entraîneur  de Crozon que Jean Pierre Bosser retrouvera plus tard sur son chemin les forgerons en tant qu'adversaire de l'équipe de B qui évoluait en DSR. Bosser qui reste toujours le joueur Brestois ayant disputé plus de matchs en pros(500 au total) . Bruno Steck fera lui le bonheur du FC Nantes. René Le Lamer finira sa carrière à Istres ville ou il a ouvert une oliveraie.

 

L'épopée Angevine a marqué à jamais l'histoire de l' US Montagnarde, a la fois car elle est encore à l' heure la seule victoire obtenue en coupe de France par les forgerons sur le terrain du Moustoir à Lorient, (le stade cher au FC Lorient qui allait battre ce jour là son record de spectateurs), mais aussi car ceux qui l'on écrit avaient l'étoffe des héros,l'un de ces héros s'appelait Roland Rouzo.

L'actuel entraîneur de l' AS Penquesten qui avec beaucoup d'émotion revient sur ce qui restera peut être comme l 'un des plus plus beaux moments de sa carrière.

Avant de venir à La Montagne Roland avait fait auparavant ces classes à Lorient Sports sous la houlette de l'ancien professionnel lorientais Jacky Le Ruyet. Arrivé en 1976 Roland sera de la première aventure à l'échelon national avec en prime pour les forgerons le début d'un bail de 32 saisons consécutives au niveau fédéral (Un record national que La Montagne avant ces deux uniques saisons de DH a détenu avec Lucé).

  L'épopée Angevine a marqué à jamais Roland, ce dernier après sa belle carrière à l'USM a passé huit saisons comme entraîneur de l'US Hennebont, puis trois au CS Larmor. Il a en charge actuellement l'un des autres clubs d'Inzinzac Lochrist à savoir l'AS Penquesten qui évolue en deuxième division de district.

Si au niveau de la coupe de France les forgerons avaient déjà laisser entrevoir des choses positives quelques années avant Angers , l'équipe emmenée par les génial Christian Stéphano s'était incliné 2-1 au Mané Braz en 64 ème contre la formation de deuxième division du Stade Malherbe de Caen d'un certain Jacques Largouet

Avant de retrouver les Angevins au Moustoir, La Montagne avait eut toutes les peines du monde à se défaire du Stade Léonard du Kreisker;« Ce fut un match épique, on avait réussi à s'imposer dans les toutes dernières minutes 3-2 après que nos adversaires qui comptaient dans leurs rangs un anglais(Marc Hattfield) aient manqués une balle d 'égalisation »se souviens Roland. Classé en championnat en milieu de tableau de troisième division, les joueurs d' Inzinzac Lochrist étaient loin de se douter que quelques semaines plus tard ils allaient renverser ...La Montagne en éliminant en trente deuxième de finale le SCO d'Angers «  Tomber sur une équipe de première division était ce qui pouvait nous arriver de mieux, surtout qu'avant de nous rencontrer Angers venait de faire match nul en championnat à Marseille.  »

Les exploits de Loïc Boulben.

 

 

Tout à leur joie bonheur de vivre un tel événement , la tension à l'approche du match se fait néanmoins fortement ressentir se faisait ressentir « On avait mangé tous ensemble avant le match au Kamaillon à Lochrist, et comme on le voit sur les photos de l'époque nous sommes pâles comme du linge. On se disait que vu l'état du terrain à la limite du pratiquable qu'avec les petits gabaris qui étaient les nôtres on allait vite passer à la trappe »

Le portier montagnard Loïc Boulben ne l'entendait pas de cette oreille et avec brio il avait réussi à écœuré Patrick Gonfalone et les attaquants angevins « Si dans les buts Loïc n'avait pas sorti un super match on en aurait pris trois »

Pascal Le Feuvre délivre les montagnards

 

 

Pascal Le Feuvre vient de marquer,  Roland Rouzo  léve les bras.

Pourtant en pleine tourmente les forgerons vont faire par Pascal Le Feuvre la différence «Je crois que c'est moi qui prend un ballon , je le transmet à mon beau frère Bruno Le Cloarec dont le centre est repris par Pascal qui trompe Janin. 1-0 à la 41ème minute juste avant la pause c'était parfait. En deuxième période Angers a certes poussé mais on a eut aussi la possibilité sur des contres d'enfoncer le clou. L'un des vecteurs déterminants de notre victoire a été le public. On étaient en effet tous victimes de crampes et c'est lui qui nous a transcendé  »

Roland qui se souviens des propos de l'entraîneur Angevin  quand il est monter dans le car « Aujourd'hui je grimpe dans un corbillard » .

 J'en fait écho quand je revois l'entraîneur adjoint de Laval Michel Audrain, celui ci demande toujours des nouvelles de La Montagne en surenchérissant   "C'est un très mauvais souvenir, notamment à notre retour à Angers  » Michel qui fera contre mauvaise fortune bon gré puisqu'il portera ensuite les couleurs de l'OM connaissant les joies de l'équipe de France avant de devenir un brillant entraîneur qui lui vaudra un passage au FC Lorient.

Le hasard faisant aussi drôlement les choses si le mentor de Angevin René Le Lamer en tant qu'Etellois avait manqué son retour aux sources, son neveu Yannick Eveno  portera plus tard les couleurs montagnards avant d'évolué à Carnac.

 Le Stade du Moustoir  était ce jour là transformé en boubier comme on le voit sur cette photo ou Pascal le Feuvre Michel Huitel, Bernard Le Hen et Georges Guichard ont bien du mal à contrôler le ballon.

Si La Montagne venait d'écrire l'une des première page de sa légende, les médias c'étaient emparés de l'affaire, tout le monde à encore en mémoire ce fameux reportage réalisé par la deuxième chaine de télévision avec Henri Josse et les anciens au café Nignol.

Orléans un morceau trop dur à avaler.

Si les forgerons malgré le soutien du chanteur Salvador Adamo qui lors du tirage avait pronostiqué leur victoire, n'ont pu éviter de chuter au tour suivant sur le futur finaliste Orléans emmené il est vrai par un Roger Marette en grande forme . Roger formé à l' US Hennebont (il sera également professionnel à Lorient) qui marquera d'ailleurs un but magnifique au match retour au Moustoir .

Roland Rouzo ne garde pas un mauvais souvenir de cette double confrontation «On a avait été surpris car on ne connaissait pas du tout l'équipe d'Orléans , Thierry Rolland était d'ailleurs présent chez Alain Le Chenadec pour le tirage. On n'avait pas été mis dans les meilleures conditions pour ce match. On avait d'abord avant la rencontre fait un repas de roi à Pontchateau, qui plus est ce jour là le car n'arrivait pas à trouver le stade, on est arrivé à 20 heures pour jouer à 20 heures 30. Malgré le 3-0 encaissé on n'avait pas fait de bonnes choses. Si le match retour ne voulait plus rien dire, le public était venu en nombre nous soutenir au Moustoir .

Le seul regret que l'on ait eut c'est que comme Orléans avait disputé la finale perdue contre Monaco, on aurait espéré que les dirigeants montagnards nous offrent le voyage à Paris ».

10 ans après sa première signature à La Montagne Roland participera à une autre belle aventure à savoir celle qui faillit en 1986 mener l' USM en deuxième division. La Montagne était dirigé par l'un des maîtres de Roland à savoir le fameux Michel Le Calloch dont il croisera à trois reprises le chemin(à Lorient Sports, La Montagne et plus tard à l'US Hennebont) «  Une victoire dans les dernières journées contre la réserve Lavalloise aurait suffit » regette Roland «  ce jour là on avait fait le plus dure en menant au Mané Braz grâce à un but de Stéphane Prado1-0,malheureusement dans les dernières secondes je marque un but contre mon camp » C'est La Roche sur Yon qui montera cette année là en enrôlant dans l'affaire l'avant centre montagnard Jean Charles David, Le Caudannais qui fera par la suite une belle carrière.

Après avoir tiré en tant que joueur sa révérence  Roland est resté dans le milieu de football puisque s'il apporte ces précieux conseils à l' AS Penquesten. Il s'est aussi occupé pendant 8 saisons de l' US Hennebont. , ouvrant une voie toute tracée à son fils Pierre qui, en tant qu'entraîneur joueur a fait monté le club de la citée des remparts a deux reprises , Pierre étant l'un des fers de lance de cette équipe qui évolue en promotion d' honneur et dont l'un des fleurons ne fut autre que.... le talentueux Roger Marette adversaire de son père avec Orléans en 1980. 

  Pour la petite histoire lors du passage du tour de France à Lochrist cela fait à peu près cinq ans j'avais envoyé pour lui signaler qu'Eddy Merkx avait gagné dans cette bonne ville sa première course professionnelle et que Lochrist était réputé pour les exploits de l'USM en coupe de France un petit mot à Jean Pol Ollivier que je connaissais. Celui ci fort gentiment en avait parler à la télé. C'est ainsi que le président Lionel Le Gal eut la surprise de recevoir un coup de téléphone d'un dirigeant Orléannais qui lui disait  « Vous êtes toujours en vie »

 

Pour commencer à créer votre page, cliquez ici et entrez votre texte

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site