Georges Guichard, la fidélité à l'état pur

Georges Guichar la fidélité à l'état pur


 

Quand on évoque le Georges Guichard, on peut dire que ce paroissien qui fait toujours parti des fidèles du Mané Braz n'avait pas son pareil pour avec ces équipiers de la fameuse tryptique magique Morlaix, Caen et Angers, les Alain Le Chenadec,et Bernard Le Hen et consorts pour donner à cette époque bénite régulièrement la messe à leurs adversaires. Tous avaient d'ailleurs un surnom Che pour Alain Le Chenadec, Colas pour Bernard Le Hen, Polo pour Patrick Le Polotec.

Si Alain Le Chenadec et Bernard Le Hen ont grandit sur les hauteurs de La Montagne, Georges est lui un enfant de Langroix «  Je garde d'excellents souvenirs de mon enfance passés dans ce quartier l'une des choses dont je suis le plus fier c'est d'avoir eut un père extraordinaire(Jean Guichard ) qui a toujours été mon plus fidèle supporter »

Retiré à Brandérion Georges qui a la particularité d'être le beau frère du président montagnard Lionel Le Gal a fait de sa carrière un vrai livre d'histoire. «  J'ai débuté en minimes deuxième année à La Montagne, deux ans après en 1968 je me suis retrouvé en équipe fanion (il avait alors 16 ans). J'ai terminé ma carrière à 32ans je n'ai d'ailleurs connu qu'un seul club l'USMontagnarde».

La génération des Georges Guichard, Angélo et Albert Giovannelli, Alain Le Chenadec, Bernard Le Hen succède à celle des Manu Turpin, Jacky Le Déodic Jean Claude Le Formal et Jacky Madec.

Georges (debout le deuxième à droite) en compagnie de Jacky Le Déodic, Angélo Giovannelli,  Georges Bienvenu, Bernard Le Hen , Alain Le Chenadec et Claude Maligorne.

La chance de l' US Montagnarde c'est de voir depuis sa création des générations de joueurs se renouveler permettant au club d'assurer en toute sérénité son avenir. Si la génération de Georges avait pris le flambeau de celle de Manu Turpin qui elle avec succéder aux Jean Le Chenadec Michel Cadio et consorts,c'est Loïc Trahan, Roland Le Bouedec prendront ensuite le fambeau de celle de Georges, d'Alain sans oublier les frères Giovannelli..

 

Georges et ces talentueux coéquipiers qui ont va laisser une immense marque de fabrique. Non contents d'avoir écrit à leur actif trois majeurs comme dirait les habitués du golf(Morlaix, Caen, et Angers), Georges Guichard aura connu des hauts et des bas sur lesquels il a toujours sur positiver.

Il se livre sans retenu sur ces sujets.

Le match contre Morlaix et la première montée en DH EN 66 /67.

 

 

« Même si on est redescendu l'année d'après, ça reste une très belle aventure. Le match contre Morlaix a été la cerise sur le gâteau de cette fabuleuse saison. A cette époque fort de nos 18 ans, on était tellement jeunes que l'on ne se rendait pas compte de ce qui nous arrivait. Malheureusement on avait fêté notre montée en partant en vacances en Allemagne cela nous a jouer des tours car on n'a pas repris le championnat suivant sur les meilleure auspices ce qui a fait que l'on est redescendu aussitôt.

La personnalité de Guy Cohic.

"Guy Cohic était un président hors norme. Je me souviens que quand on gagnait trois matchs de suite il nous donnait trente francs"

Les difficultés du club après la fermeture des forges.

 

 

 

« Les forges d' Hennebont offraient un fort contingent de joueurs à l'USMontagnarde, malheureusement à leur fermeture cela a occasionné pas mal de problèmes car beaucoup sont partis, il a fallut reconstruire. Constant Le Cren a pris les choses en main il réunissait tout le monde au café chez Parrot. Quand il était en vacances c'est Robert Le Gal qui faisait l'équipe.

L'histoire des clans qui avait un peu ternit l'image de marque du club à l'époque.

 « C'était malheureusement une réalité,on était tout une équipe nous retrouvions après chaque match on partait même en vacances ensemble on était sur un nuage . Les jeunes sont arrivés une nouvelle dynamique c'est créer et cela a généré de petites tensions. ».

 

 

L'épopée Angevine

 

« On a mis les premiers jalons à la belle aventure du club avec la coupe de France. Même nos successeurs sont aller jusqu'en seizième et huitième de finale nous sommes toujours la seule équipe montagnarde à avoir battu une D1 »

 

 

La montée en troisième division.

 

 

« On est aller la chercher en gagnant 5-4 à Lamballe, c'est un souvenir particulier car je suis malheureusement sorti sur blessure.

Les joueurs qu'il a croisé et qui l'on le plus marqués.

Le premier fut sans conteste le Malouin Marcel Loncle qui fut international, j'ai affronté aussi les Nantais José Touré et Agerbeck sans oublier Michel Platini qui était venu au Mané Braz avec le Variété football club.

 

                                                          Georges Guichard face à Michel Platini lors de la venue du Variété football club au Mané Braz

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site